Dark Kitchen : du business model au fonctionnement

Dark Kitchen : du business model au fonctionnement

Le concept des dark kitchens inonde le domaine de la restauration. Comparé au modèle traditionnel de la restauration, le ghost kitchen ou le cloud kitchen séduit de plus en plus de restaurateurs. Que faut-il savoir sur ce concept ? Comment fonctionne-t-il ?

L’essentiel à savoir sur le modèle dark kitchen

Dans le domaine de la restauration, la livraison à domicile intéresse de plus en plus les consommateurs. Ce système a connu un grand succès lors des crises sanitaires engendrées par la Covid-19. La Dark Kitchen a su exploiter cette opportunité.

La dark Kitchen : définition

Le concept de dark kitchen ou « cuisines fantômes » est basé sur un modèle économique qui déleste les restaurants de la salle et du service. Les restaurateurs peuvent se focaliser sur leur cuisine et le mode de livraison. Certains restaurants virtuels proposent aussi une option « à emporter ». Ce sont des cuisines professionnelles centralisées sur la livraison de repas.

La dark kitchen est un concept qui suscite l’intérêt de nombreux acteurs de la restauration. Cette alternative intéresse souvent les établissements qui envisagent de diversifier leurs activités. Les restaurateurs traditionnels s’orientent vers la cuisine virtuelle. Ils souhaitent se libérer des contraintes générées par la gestion de salle. Ils ont la possibilité d’étendre leur activité et de maximiser leur retour sur investissement tout en réduisant les risques.

La dark kitchen : quelles sont les principales caractéristiques de ce concept ?

Les restaurants basés sur le concept de dark Kitchen partagent plusieurs caractéristiques. En effet, les ghost kitchens sont souvent implantés dans les zones peuplées. Dans ces régions, les loyers sont souvent plus accessibles que les locaux situés en centre-ville. Les locaux situés à des emplacements stratégiques ou dans des zones de passage sont un peu plus onéreux.

Les restaurants dark kitchens offrent une plus grande liberté et une meilleure maîtrise des coûts. Dans ce contexte, les restaurateurs ne sont pas obligés de rechercher un local bien placé ou une salle à la bonne taille. Ils n’ont pas à recruter et à mettre en place un management du personnel. Il est fréquent que les ghost kitchens soient dépendants des réseaux de livraison comme Deliveroo, Uber Easts, etc.

Ouvrir un restaurant virtuel est assez pratique. Comme les restaurateurs n’ont pas à engager trop de dépenses au niveau de la location et du recrutement, ils pourront investir dans des stocks plus importants. Avec ce domaine d’activité, il est important de savoir communiquer et d’être à la pointe des dernières technologies. Il faut être constamment présent sur Internet et sur les réseaux sociaux. Il est aussi essentiel d’avoir un budget marketing assez important. Etant donné que la dark kitchen est un style qui séduit les restaurateurs, il faut trouver un moyen de se démarquer. Vous devrez trouver un moyen de faire connaître votre existence et vous distinguez du lot.

Certaines enseignes choisissent de s’appuyer sur l’existant. Elles ont déjà une notoriété grâce à un point de vente physique. Elles l’exploitent afin de se constituer une autre sorte de clientèle à travers la dark kitchen.

Croissance Talk
Booster vos réseaux sociaux
avec
des experts.
Contacter nous

Le modèle dark kitchen : pourquoi ce concept intéresse les restaurateurs et les entrepreneurs ?

La dark kitchen est un restaurant qui apporte de nombreux avantages. En effet, avec ce système, les entrepreneurs :

  • Réduisent leurs charges et leurs investissements. Ils ne sont pas contraints d’établir un système de management et de gestion des risques. Ils ne sont pas obligés de louer une salle de restaurant. De plus, la masse salariale n’est pas vraiment importante. Les entrepreneurs n’auront qu’à se centraliser sur les besoins du personnel pour la cuisine et la préparation.
  • Ont la possibilité de tester et de lancer plusieurs marques et offres. C’est un moyen de mutualiser certains ingrédients et produits.
  • Peuvent maintenir leurs activités à flot mêmes en temps de crise. Avec la dark kitchen, les clients ont accès aux produits grâce à la livraison. Même en période de confinement, l’activité peut rester viable. L’entrepreneur peut envisager son avenir en toute sérénité.
Livraison repas

Quelles sont les différentes catégories de dark Kitchen ?

En principe, il existe trois différentes catégories de ghost kitchens.

La dark kitchen provenant d’un restaurant classique

Certains restaurants classiques choisissent d’aménager une deuxième cuisine au sein de leurs cuisines classiques. Cette seconde cuisine servira aux produits à emporter. En s’orientant vers cette option, le restaurant classique a la possibilité d’accroître son chiffre d’affaires à moindre coût. Avec ce système, il n’est pas nécessaire de se préoccuper du personnel en salle ou des espaces de stockage des produits. En appliquant ce concept, le restaurant devra faire une refonte au niveau de son business model.

La dark kitchen créé de toutes pièces

La majorité de ces types des dark kitchens ont été créés durant la crise sanitaire. L’entrepreneur se consacre à une seule activité. Il se focalise sur les repas à emporter. Son activité est centralisée sur la préparation du repas et la livraison à domicile.

La dark kitchen lié à des plateformes de livraison

Certaines structures comme Deliveroo Éditions mettent à la disposition des restaurateurs différents structures comme des cuisines et des espaces de stockages. En contrepartie, ils devront s’acquitter d’un loyer. Certaines plateformes choisissent de prélever des commissions plus élevées.

Conclusion

La dark kitchen est un concept qui prend de plus en plus d’ampleur. L’apparition de la crise sanitaire et l’augmentation de la demande de plats à emporter ont favorisé le développement des cuisines fantômes. Si vous souhaitez approfondir ce concept et que vous souhaitez être accompagné par un professionnel, fiez-vous à Talk.

Continuer à lire